Le ministère de l’Agriculture du Wisconsin ordonne le retrait du beurre végétalien de Miyoko des tablettes des magasins

[ad_1]

Le ministère de l'Agriculture, du Commerce et de la Protection du consommateur (DATCP) du Wisconsin a récemment demandé aux supermarchés d'éliminer les produits non laitiers qui utilisent le terme «beurre» sur les étiquettes, car ils prétendent que ces produits ne sont pas conformes à la définition de beurre définie par l'État. qu'il soit fabriqué à partir de lait ou de crème à base de lait. L'action intervient en réponse aux plaintes de l'industrie laitière concernant le beurre cultivé Vegan de marque Vegan, fabriqué à partir de noix de cajou. Le Wisconsin, qui s’appelle «le pays des vaches laitières d’Amérique», est l’un des plus grands producteurs de produits laitiers du pays et le premier fabricant de beurre à base de produits laitiers. Au cours des deux mois où la mesure de renvoi était en vigueur, les produits Miyoko's Kitchen ont été retirés d'au moins un site Whole Foods Market et du magasin Skogen's Festival Foods, tandis qu'aucun autre produit n'a été distingué, selon Kayla Paul, qualité et assurance de Skogen. et spécialiste des affaires réglementaires. En réponse, la fondatrice de Miyoko's Kitchen, Miyoko Schinner, a proposé de créer des autocollants portant la mention "tartinade de légumes" que les magasins pourraient apposer sur ses produits si l’État les approuvait. Le DATCP a mis plus d'un mois à répondre, mais a finalement approuvé l'étiquette le 12 juin.

Au cours des dernières années, le a contesté la capacité des entreprises du secteur végétal à utiliser des termes tels que «lait», «fromage», «beurre» et «yogourt», citant qu'un tel étiquetage entraînait la confusion du consommateur et que les entreprises devaient utiliser: des étiquettes avec des termes tels que «imitation», «substitut» et «alternative» pour décrire leurs produits. L'année dernière, la Food and Drug Administration des États-Unis a exprimé sa compréhension de ces termes lorsqu'elle a été comprise dans les noms de produits à base de plantes. Selon un groupe spécialisé dans le commerce (PBFA), 87% des consommateurs ont déclaré ne pas être déroutés par les différences entre les produits laitiers de substitution à base de plantes et les produits à base de lait de vache. "La FDA doit respecter les principes du marché libre et ne pas restreindre les aliments à base de plantes afin qu'ils ne profitent pas injustement à l'industrie laitière", a déclaré Michele Simon, directrice de la PBFA. Les restrictions en matière d’étiquetage affirment également que la langue est une violation des droits des entreprises en matière de liberté de parole protégés par le Premier amendement.

Vous voulez en savoir plus sur les meilleures nouvelles, recettes et modes de vie actuels à base de plantes?
Obtenez notre magazine primé!

Souscrire

[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *